0Shares

À tout juste 21 ans, Stasha Reynalda Lebrun entend écrire son nom en lettre dorée dans le panthéon de l’art haïtien. Elle fait preuve d’une dextérité hors pairs en dessinant. La jeune femme démontre un talent certain en donnant à chaque portrait crayonné l’allure d’une « une photo » à part entière.

Crayonner le réel et s’exercer à fond dans le domaine pour devenir une référence n’est pas donné à tout le monde, encore moins aux femmes haïtiennes, dans une société où tout est guidé par le machiste, ou presque. Pour dévier cette règle du refoulement des femmes au second plan, la jeune Stasha Lebrun, artiste de son état, brandit son crayon et veut se tailler une place à la première loge. Une dessinatrice impeccable. Une jeune petit-goavienne qui, avec quelques feuilles blanches, du talent et un crayon dessine la beauté de la nature, la complexité d’un humain et l’innocence de l’enfance.

Photo d’illustration de Stasha Lebrun

Un parcours teinté de volonté…

Un jeune garçon frappé par l’albinisme, un mannequin souffrant de vitiligo, un petit garçon avec un large sourire aux lèvres, la talentueuse dessinatrice ne manque pas de tableaux dans son portfolio. Les quelques portraits qu’elle publie sur les réseaux sociaux notamment sur son compte Instagram interpellent. « Mes dessins expriment le réel. Par mes œuvres, j’entends communiquer de la manière la plus profonde possible avec l’admirateur ou l’admiratrice qui regarde mon œuvre », explique la native de Petit-Goave

La jeune passionnée qui dit avoir égalé son frère dans l’art de de dessiner, fait désormais de son crayon son meilleur outil de communication. « J’ai fait mes débuts dans ce domaine à 13 ans. J’ai débuté à la même année que mon frère cadet, Ruisdaël D.Lebrun. J’avais toujours voulu dessiner, mais je ne savais pas par où commencer, mais après des années de répétitions et de dur labeur, je peux enfin communiquer à travers mes travaux »raconte la jeune femme arguant que tout est une question de volonté.

Après les quelques cours d’été suivis dans la ville natale de Dany Laferrière notamment avec les professeurs Hermantin Osée et ‘’Mario’’, Stasha Lebrun dit avoir multiplié les séances de pratiques pour améliorer sa touche. Puis en 2019 Stasha a fait la grande rencontre de son ami dessinateur Penn Yserve, grâce à qui elle a su améliorer ses techniques et appris de nouvelles astuces…. « J’étais une piètre dessinatrice au début, j’ai multiplié les erreurs, les efforts aussi, avant d’avoir une bonne maîtrise de mon crayon », s’enorgueillit-elle.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Stasha (@djoolsstashareynalda)

Dessiner pour dénoncer…

Si ses portraits reflètent une galerie avec des thèmes du même champ lexical comme la dépigmentation de la peau, la décoloration de la peau et d’autres problèmes épidermiques, c’est parce que la jeune artiste entend exposer ses idéaux à travers des dessins : La non-discrimination et l’acceptation de soi.

Dessin de Stacha Lebrun

« Mes œuvres témoignent la façon dont je vois la réalité. Ma sensibilité artistique me pousse à servir et poursuivre une cause avec mon art », soutient Lebrun qui se dit très sensible aux problèmes que traversent non seulement, les gens de son entourage immédiat, mais aussi sa communauté.

« En 2020, j’ai lancé une collection de dessin sur la peau pour sensibiliser mes ‘’fans’’ sur des problèmes de dépigmentations que rencontrent certains de nos proches et compatriotes haïtiens. Les personnes frappées d’albinisme et le vitiligo sont souvent étiquetés à tort de marginaux. Je pensais leur témoigner de la solidarité à travers mes dessins en mettant en valeur leurs beautés », croit la jeune artiste.

Dessin de Stacha Lebrun

« C’était pour moi une forme de plaidoirie pour l’acceptation de soi. C’était aussi un moyen de témoigner mon empathie et de dire aux personnes souffrant d’albinisme et de vitiligo qu’elles sont différentes et non bizarre ni drôle ».

Aujourd’hui en Haïti, nombre de citoyens font face au vitiligo et pourtant cela n’affecte pas forcément leur beauté. Selon Stasha Lebrun, le regard de la société ne peut pas et ne doit pas être le seul critère pour déterminer la beauté d’un être humain.

L’art à travers son expression peut faire ressortir la beauté de chaque personne à travers des détails de tailles.

Marc-Evens Lebrun

0Shares