0Shares

Pianiste du groupe Jazz and Family dont il est l’un des membres fondateurs et professeur de piano, Caleb Texier, un des plus talentueux du jazzosphère haïtien,  est admis au prestigieux Berklee College of Music, la plus célèbre école de musique au monde qui l’a octroyé une bourse complète de quatre ans.

Jazz and Family, un des jeunes groupes les plus prisés sur la scène jazz, a annoncé la nouvelle du départ du maestro Caleb Texier, « admis au très prestigieux Berklee College of Music  où Il a une reçu une bourse complète de quatre ans avec distinction award pour son talent et ses connaissances musicales », peut-on lire dans la note officielle d’information.

« L’école de mes rêves »

« Berklee était l’école de mes rêves, celle que j’ai toujours souhaité, toute ma vie, d’intégrer. J’ai frémi en arrivant dans les salles de pratique, je me suis senti fier de fréquenter un collège où de grandes célébrités du jazz côtoient ou ont côtoyé. »

Caleb Texier on Instagram

Sur sa page Facebook, on le voit poser, il y a quelques jours, aux côtés du légendaire contrebassiste John Patitucci, un de ces monstres du jazz américain habitués à trainer  dans les couloirs de cette prestigieuse et historique école de musique. Exprimant sa profonde gratitude envers tous ceux qui lui ont donné leur soutien tout au long du processus  (Aaron Goldberg, John Bern Thomas, Godwin Louis, Mushy Widmaier, Jacques Schwarz-Bart, Christian Jacob, Fabrice Rouzier, ainsi que son père, Pasteur  Daniel Texier), connaissant l’état actuel de délitement d’un secteur musical haïtien privé de scène, d’école, de conservatoire, il considère son admission comme une bénédiction divine.

Apres avoir réussi l’audition en quatre étapes et l’entretien difficile, ils [l’équipe professorale de Berklee, ndlr] m’ont honoré d’une bourse complète en raison du talent qu’ils ont pu détecter en moi par ma performance et ma connaissance poussée de la musique », a-t-il indiqué, déclarant que « ce n’est qu’un nouveau départ, un début » dans sa réussite musicale.

Arracher un mot de sa bouche n’était pas facile pour ce gars déjà plongé, au lendemain de son arrivée, dans le cursus, étudiant Bach, la théorie musicale, la technologie musicale. « Le début n’est pas facile, j’ai à peine intégré le système, j’essaie de maitriser un peu mieux la langue [l’anglais], j’ai des tonnes de devoirs tous les jours. Je ne sais comment exprimer ma gratitude à Dieu pour ce cadeau précieux qu’il m’a fait : la musique. J’ai la grande chance de fréquenter une école moderne où toutes les ressources humaines et techniques sont là, tous les outils me permettant d’étoffer mon niveau, d’affronter l’industrie musicale et de collaborer à l’avenir avec des artistes de grand calibre sont à ma portée ».

Berklee, la cour des Grands

Appelé à ses débuts Schillinger House, cette école située dans l’Etat de Massachussetts, à Boston, est réputée pour son enseignement de haut niveau de la musique, pour sa diversité, pour sa considération juste et équitable à tous les individus sans distinction de race, de couleur, de religion, d’ascendance, de sexe, d’orientation sexuelle, etc.  C’est plus de 4 mille étudiants qui y sont inscrits chaque année, plus de 95 pays représentés, 34 principaux instruments enseignés.

Fondé par Larry Berk, il y a 75 ans, Berklee College of Music caressait l’ambition toute simple : étudier la musique qui a été faite, celle qui est faite, étudier l’histoire de la musique mais aussi faire l’histoire de la musique. C’est ainsi que l’école a construit sa popularité infaillible, a contribué à faire progresser la musique au cours des sept dernières décennies. Des figures légendaires du jazz (Miles Davis, Duke Ellington, Aretha Franklin, Pat Metheny Danilo Perez, Christian Scott ou encore Makeba Riddick qui a travaillé avec Rihanna), y sont passés comme professeurs. Certains étaient  d’anciens élèves devenus aujourd’hui des vedettes de la musique, ou ayant reçu des distinctions honorifiques et des Grammy Awards.

Rosny Ladouceur 

0Shares