0Shares

En Haïti, les jeunes suivent la mode et aiment être à la mode, sans se soucier guère du sens, de l’impact ou même des conséquences sur leur propre personne. Assimilation ? Peut-être pas. Acculturation ? Probablement. Mais ce qui est sûr : ici on ne remet plus en question, on ne questionne plus. Les jeunes se mettent à la mode et font la mode. Un slogan, une tenue, un gadget électronique ou même une chanson sont beaucoup plus contagieux qu’une épidémie quelconque. Les « braces » dentaires n’échappent malheureusement pas à cette règle. Nos jeunes en raffolent. Va savoir pourquoi.

En effet les bracelets dentaires ou appareils orthodontiques communément appelés « Braces » sont utilisés dans le but de rectifier l’alignement des dents pour que ces dernières puissent bien remplir leurs fonctions dans la mastication, la déglutition, la phonation mais aussi dans l’esthétique du visage.

Si en Haïti ce sont les « braces » qui sont les plus utilisés, il existe différents types d’appareils orthodontiques comme le fil lingual, l’invisalign ou encore les coquilles de rétention qui remplissent la même fonction, c’est-à-dire celle de corriger la position des dents et des mâchoires.

Quand porter un appareil dentaire ?

Malposition des dents, manque d’espace, chevauchement, dysharmonie dento-maxillaire, malocclusion, mâchoire en mauvaise posture sont entre autres des raisons pouvant exiger le port d’un appareil dentaire d’après le chirurgien-dentiste Giordano Alexandre qui a une spécialité en correction de malocclusion de classe II.

L’orthodontiste précise qu’un enfant peut visiter un spécialiste de très tôt en cas de problème lié à la mastication ou s’il est atteint de fentes palatines, mais d’une manière générale, les spécialistes s’accordent pour dire qu’on peut consulter un orthodontiste vers 9-14 ans jusqu’à 80 ans tout en tenant compte de la santé psychologique du concerné car, dit-il, la santé orale est indissociable de la santé générale et s’inscrit pleinement dans la prise en charge globale (somatique et psychique).

Appareils Dentaires et Effets Secondaires

Une séance de counseling avant la mise en place d’un appareil orthodontique est recommandée selon Docteur Alexandre, qui explique qu’il est important que le-la patient(e) soit bien imbu (e) des conséquences que peuvent entraîner un appareil dentaire, comme le manque d’estime de soi (dépendamment du système utilisé), problème d’élocution, nervosité etc…

Le Counseling permet aussi de découvrir l’état psychologique de la personne.Les effets secondaires peuvent varier d’une personne à une autre selon le chirurgien-dentiste qui énumère : perte des dents, caries dentaires si les rendez-vous mensuels ne sont pas honorés et qu’il y a une mauvaise hygiène buccale, résorption dentaire, perte des maxillaires, nécrose pulpaire comme les effets possibles d’un traitement orthodontique.

Contre-indication ?

Les femmes enceintes ne peuvent pas commencer un traitement orthodontique

soutient le spécialiste en malocclusion qui cite également les personnes souffrant de troubles psychologiques, car rappelle-t-il, la santé mentale doit être correcte pour éviter qu’en pleine période de crise, la personne ne décide d’enlever elle-même l’appareil orthodontique, ce qui pourrait avoir des dégâts considérables sur tout le corps.

Les personnes ayant un diabète avancé, une hypertension élevée, une faible densité osseuse, les personnes âgées, celles qui souffrent d’œdème généralisé ou de problèmes parodontaux graves, élargissent cette grande liste de la catégorie qui ne peut nullement subir un traitement orthodontique souligne le chirurgien-dentiste.

Et il y a…Les Colleurs de Brackets !

Le docteur Giordano met en garde contre ceux qui se disent chirurgien-dentiste et qui font du traitement orthodontique un pur « business ». Ces derniers qu’il étiquette comme des « colleurs de Brackets » ne tiennent pas compte de l’état de santé de l’intéressé(e).
On doit éviter de mettre un bracelet dentaire à quelqu’un pour qui ce n’est pas nécessaire, alerte le chirurgien, au risque de provoquer un déplacement dentaire hors contrôle qui pourrait avoir des conséquences significatives dans la bouche de cette personne.
« J’ai déjà refusé un traitement orthodontique à quelqu’un qui avait un problème parodontal et qui ne voulait pas attendre d’abord la consolidation des dents » explique le chirurgien-dentiste qui avance ne pas évoluer dans la fantaisie.
« J’ai refusé de lui faire la pose de l’appareil, elle m’a pourtant assuré qu’un autre dentiste (colleurs de brackets) s’en chargerait, car il lui fallait à tout prix avoir son bracelet dentaire.

La mode à tout prix !

« Nous sommes un groupe de 5 amies et nous avions toutes décidé de porter des « braces » en ayant soin de choisir chacune sa couleur préférée », nous confie Samentha, une jeune femme de 23ans rencontrée lors d’une fête d’un ami commun.
« On déteste ne pas être à la mode, et on fait tout pour être au pas avec tout ce qui est tendance, poursuit-elle d’un air satisfait. Faut dire que le spécial qu’il y a eu durant la fête des mères nous a bien aidé ».

Si certains professionnels qui se respectent, ont encore le souci de respecter la déontologie du métier, d’autres ne font que satisfaire les addictes de la mode.

Sachant que la mode est souvent considérée comme superficielle ou encore une manière de vendre des produits que le consommateur peut se sentir contraint d’acheter « car c’est à la mode », elle peut aussi avoir des conséquences plutôt négatives, car cette préoccupation d’être à la mode peut créer un mal-être, devenir obsessionnelle, et donc entraîner des séquelles sur la santé mentale.

Widsa Mérisier Payen

0Shares