0Shares

Le 16 Juillet dernier a marqué le 5e anniversaire du groupe les “Leaders de demain” (LDD). Dans une ambiance festive les membres de LDD ont fait le bilan de leurs interventions et ont redonné espoir à un grand nombre de jeunes en quête de modèle positif et qui refusent de battre en retraite.

Il est 11 heures du matin. Dans la salle du haut de la Bibliothèque de Delmas (41), des jeunes œuvrant dans divers domaines se réunissent. Entre eux, ils cogitent, discutent. Une ambiance chaleureuse s’installe entre connus et inconnus ; de nouveaux liens se tissent ; des sourires complices s’échangent, des cliquetis de caméras et des flashes de smartphones se font entendre. Avec le cœur de fête, ils immortalisent le moment tant attendu. La preuve : depuis près d’un mois, ils font la promotion sur tous les réseaux sociaux. Pour ce public sélect, plein de fougue et de vivacité, la bonne musique était au rendez-vous ; des exécutions de danses, des déclamations de textes et des prestations, les unes autant appréciées que les autres.

Mus par la passion de ce groupe, ces jeunes ont su donner un éclat verdoyant, question d’envoyer un message positif à la jeunesse haïtienne qui, de nos jours, ne trouve presque plus d’endroits instructifs pour s’épanouir.

LDD : le cercle des jeunes …

Andy Vibert, jeune leader, qui a eu l’idée ingénieuse de créer cette association, n’a pas eu la tâche facile pour développer cette grande vision. En effet, les obstacles fastidieux de cette aventure n’ont pas su le décourager dans la quête du succès. Fondée depuis Juillet 2016, notamment à Cité soleil, l’un des plus grands bidonvilles du pays, ce projet s’est petit à petit étaler sur tout le territoire national et compte aujourd’hui plus d’une centaine de jeunes à travers tout le pays. À but non lucratif, l’organisation LDD travaille avec des jeunes dans le domaine de l’entrepreneuriat, du leadership, du développement personnel ainsi que collectif. Elle offre un espace et la possibilité concrète à chaque jeune, notamment à ceux dont la situation socio- économique est dégradante, de mettre en œuvre leur plein potentiel de façon active.

L’organisation contribue à l’instauration d’une plus grande égalité de chances en offrant à tous les jeunes un capital d’expériences, d’atouts et de relations pour poursuivre par la suite leurs propres parcours. Par ailleurs, elle encourage aussi les jeunes à s’engager pleinement dans la société afin de porter leurs idéaux pour passer de la parole aux actes. Car, tout de même les paroles ont beaucoup plus de force quand elles sont accompagnées d’actions.

Divisée en 4 catégories d’activités, l’association « LDD » a le COMOP qui comprend 3 aspects :

Je parle de ma vie, inspire-toi d’elle. C’est un espace réservé à ceux qui ont réussi dans leurs domaines à venir parler, partager et encourager les jeunes à suivre leur trace. Inspirés par leurs parcours, les échecs, les coups bas, etc. ; et comment ils ont réussi à surmonter les obstacles pour arriver jusqu’au bout, surtout dans un pays comme Haïti où il faut déployer des efforts titanesques pour se surpasser, ces jeunes trouvent en ces aînés de vrais modèles pour adresser les difficultés qu’ils rencontrent dans leur propre vie.

The Challengers. Il s’agit d’une épreuve à laquelle participent les jeunes pour pouvoir les évaluer dans les domaines présentés au cours de l’année.

Club LDD. C’est un espace physique où les jeunes se réunissent, ce qui leur permet d’élargir leurs réseaux. C’est aussi un espace de formation et d’apprentissage.

Et enfin le quatrième aspect c’est la Découverte. Une sorte d’invitation au tourisme local qui devrait permettre aux jeunes de faire connaissance aux autres régions du pays afin de découvrir ses patrimoines culturels et historiques.

Des jeunes en témoignent …

Jose-Ricardo Monde, jeune gonaïvien, est devenu officiellement membre de la famille LDD à l’occasion du cinquième anniversaire du groupe. Arrivé des Gonaïves le même jour, ce jeune talent n’a pas caché sa joie en exprimant ses fortes émotions lors de sa participation à ce club. Comme a dit l’historien et homme d’église Lionel Groult : “la tâche est plus belle là où le risque est plus grand”. Il a fait sien cet adage et c’est ce leitmotiv qui lui a permis de braver les zones rouge pour venir participer à la célébration.

« Ce groupe, affirme-t-il, n’est pas qu’un simple club, pour lui c’est une famille ; un accompagnement de grande importance ; un lieu où l’on peut cultiver tout ce qu’on devrait avoir en tant qu’humain », soutient-il d’un air serein. Ainsi, poursuit-il : « je veux non seulement saluer les efforts de chacun des membres et du staff, mais aussi les encourager et leur rappeler qu’ils ont chacun leur partition à jouer – le peu qu’il soit – pour aider le club à tenir toujours haut son flambeau.

Même cas de figure pour Frantcia Denis. Les yeux pleins d’éclats, la jeune demoiselle raconte son aventure avec le club. Les expériences que j’ai acquises à LDD, dit-elle, m’ont amenées à définir cette association comme un point d’intersection entre jeunes de divers horizons et de parcours différents. « C’est cet espace où tu peux créer et recréer certains liens avec des gens qui étaient là dans ton environnement ou qui étaient de simples connaissances via les réseaux sociaux », se réjouit la jeune fille. Elle se dit reconnaissante du fait que LDD lui a permis de mieux s’extérioriser et de s’impliquer. Certes, déjà dotée d’une forte estime de soi, mais depuis qu’elle participe aux activités du club, elle sent qu’elle en a davantage, car on lui accorde une confiance énorme et on lui donne la possibilité de faire valoir de plus en plus sa capacité, nous confia-t-elle. C’est pour Frantcia une joie indicible de faire partie de cette famille. Elle prononce des vœux de fidélité en lâchant ces mots : “mon parcours avec le club ne fait que commencer”.

Dans un pays comme le nôtre où la morale et les valeurs d’esprit sont en voie de disparition, avoir un club d’apprentissage comme « Leader de demain (LDD) » a sans doute un bienfait à la fois individuel et collectif sur la vie de beaucoup de jeunes.

Car, les repères s’effacent de plus en plus dans notre société. Une telle initiative devrait donc avoir une place prépondérante dans le nécessaire déclenchement du processus de relèvement moral et spirituel de notre jeunesse.

Daphney Blanc

0Shares